Kulturerbe für alle/Patrimoine pour tous/Patrimonio per tutti

Abri de protection civile : ouvrons les fenêtres.

von
Gérard Genoud
Gérard Genoud | Jan 21, 2018 | in Ideenwettbewerb

Les bureaux de poste ferment pour suivre l’évolution des flux commerciaux.

Les abris de protection civile construits pour affronter une durabilité sans faille, on vécut leur époque. Il est temps de penser à leur recyclage afin que leur pérennité puisse se remettre en mouvement.

On pourrait établir une liste de ces bâtiments disponibles et confier leur destinée à des associations qui présentent un projet d’occupation non lucratif de ces locaux. Largement financés par la population à l’époque de leur construction, l’occupation de ces lieux serait décidée par un comité local qui aurait à charge de gérer le contrat passé avec l’association qui promeut la nouvelle destinée de l’abri.

Lächelnder See Feb 3, 2018

Über Zivilschutzräume nachzudenken scheint mir eine lohnende Grundidee zu sein: Sie sind Zeugen des Kalten Kriegs und gleichzeitig Ausdruck schweizerischen Verteidigungsdenkens. Ein Réduit im eigenen Haus sozusagen. Eine Umnutzung der Zivilschutzräume geht auf ihre Anfänge zurück. Sie dienten schon früh Marmeladengläsern und eingemotteten Velos als Aufbewahrungsort. Und heute? Was wollen wir mit ihnen machen? Können wir ihre Fenster im eigentlichen oder übertragenen Sinne öffnen? Und was bedeutet das? Oder ist es angezeigt, damit zuzuwarten, bis die nächste Generation, welcher der Schrecken des Kalten Kriegs nicht mehr in den Gliedern sitzt, es tut? Lockerer, neugieriger als wir?

Gérard Genoud Feb 3, 2018

Votre commentaire me plaît beaucoup car je crois en effet que pour repenser le destin de ces "chambres froides", il faut non seulement un projet architectural, ou d'"occupation" vivant, mais également se mettre dans une autre ambiance de pensée et d'accueil de l'autre. Je veux croire que notre génération qui a vécu avec ces habitudes sécuritaires comme si elles faisaient partie de l'identité même du pays et des habitants puissent remettre en question ce mythe sécuritaire pour le faire déboucher sur une créativité bienvenue. Merci de votre apport.

Share